Menu coups de coeur bibliothécaires

Rarement un livre sur la mort aura été si réjouissant !

 

 

Institut

Éditions du Cherche midi - 2020

 

 

 

De la poésie de François Villon aux contes de Rabelais en passant par les récits carnavalesques conjurant l’angoisse de la mort par la célébration du rire et de la vie, l’histoire de la littérature est pleine de textes qui regardent la Grande Faucheuse droit dans les yeux pour lui tirer la langue.

Mais peut-on encore écrire un roman « rabelaisien » au XXIe siècle sans verser dans la caricature ? Mathias Enard, Prix Goncourt 2015, prouve brillamment que oui.

Avec « Le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs », il nous offre le roman le plus extravagant et le plus apaisant qu’il ait été donné de lire sur le sujet.

« Un jeune ethnologue vient se perdre dans un village du marais poitevin pour écrire une thèse sur la vie rurale de ce 21e siècle. Ce qui le perturbe le plus en dehors de la rédaction de sa thèse, c’est sa compagne laissée à Paris et la question de savoir comment s'intégrer dans ce village. Donc il tient son journal (de thèse, d'amour, de terrain, d'écrivain, de fils, de gars du Grand Est, d'étudiant parisien, etc.).

Il  puise le savoir local auprès du Maire, également fossoyeur, qui lui explique que pour se consoler de leur triste profession, les fossoyeurs organisent un banquet annuel. Le nouveau  venu entame ainsi  ses récits journaliers, consignant  les  petits faits et les mœurs autochtones, bien décidé à analyser le concept de ruralité contemporaine.

Mais il ignore encore toutes les fantaisies et les truculences de ce lieu où la Mort mène la danse….. »

 

 

 

OPAC Détail de notice